Inviter les femmes à donner un sens à leur vie.

 

Comment poursuivons-mous notre but?

Par l’amitié, nous engageons le dialogue, encourageons les autres et les aidons à trouver un équilibre.

Par notre soutien, nous contribuons à la formation du caractère, à l’épanouissement personnel et à l’édification d’une collectivité et de familles fortes pour une société meilleure.

Nos activités éducatives interpellent et inspirent chacune individuellement.

Déclaration d’intention de l’organisme

Inviter les femmes à donner un sens à leur vie

L’Association Neeje pour la femme et la famille offre aux femmes un riche éventail de programmes, de ressources et d’activités propices à leur épanouissement. Nous encourageons les femmes à donner le meilleur d’elles-mêmes à leur famille et à la société, et ce, à toutes les étapes de leur vie, de l’enfance à l’âge adulte, comme écolières, étudiantes, professionnelles ou mères. Nous voulons offrir à chacune les ressources qu’il lui faut pour développer sa personnalité, sa créativité et sa compassion afin de rendre le monde plus beau.

En ojibwé, le mot « neeje » signifie « ami ». Nous croyons que c’est par l’amitié que nous pouvons aider les femmes à atteindre leurs objectifs et à humaniser leur entourage.

.

Conseil d'administration

Eleanor Warren, présidente

Détentrice d’un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université d’Ottawa, Mme Warren a récemment pris sa retraite après une longue carrière dans le domaine des soins infirmiers pédiatriques. Elle et son mari, Peter, ont cinq enfants et quatre petits-enfants. La cuisine, l’artisanat, la lecture et le jardinage occupent ses temps libres.

 

Teresa Bouvier, vice-présidente

Mme Bouvier possède un diplôme en administration des loisirs du Collège Sanford Fleming. Elle travaille au Collège St. Lawrence auprès d’élèves ayant des besoins spéciaux. Elle est mariée à Bob et le couple a huit enfants et cinq petits-enfants.

 

Colleen Daly, trésorière

Détentrice d’un baccalauréat de l’Université Carleton, Mme Daly travaille au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Son mari, Peter, et elle ont six enfants et six petits-enfants.

 

Kara Johnson, directrice du développement

Détentrice d’une maîtrise en anglais de l’Université de Toronto et d’un diplôme en droit de l’Université d’Ottawa, Mme Johnson fait partie du cabinet d’avocats Drache Aptowitzer. Elle parle couramment l’anglais, le français et l’espagnol et connaît l’italien.

 

Nicole ScheidlNicole Scheidl, secrétaire

Détentrice d’un diplôme en droit de la faculté de droit Osgoode Hall et d’une maîtrise en droit de l’Université Queen’s, Mme Scheidl est p.-d.g. de la société ottavienne de portée internationale Fit Minds Cognitive Health Products Inc. Elle prononce des conférences un peu partout en Amérique du Nord sur la santé du cerveau chez les personnes âgées. Elle est mariée à Andrew et ils ont sept enfants.

.

Historique

Historique

En 1980, trois femmes d’Ottawa ont un but : offrir aux jeunes filles, quelle que soit leur appartenance religieuse, la possibilité de s’amuser ensemble dans un contexte encadré propice à l’épanouissement. Il ne s’agit pas simplement de les tenir occupées, mais de leur permettre de vivre des loisirs enrichissants qui les inciteront à bâtir une société meilleure en mettant leurs capacités à profit. C’est dans cet esprit que naît le premier club de filles. Une fois par mois, une douzaine d’élèves du primaire se réunissent pour apprendre une technique (culinaire ou artisanale, théâtrale, etc.) tout en entendant un exposé sur une qualité à développer (joie, force, honnêteté, etc.) donné par une animatrice du milieu familial ou professionnel.

Huit ans et plusieurs clubs de filles plus tard, les fondatrices sont prêtes à œuvrer auprès d’étudiantes universitaires. Dans un esprit communautaire, elles créent l’Association Neeje pour la femme et la famille, qui chapeaute désormais les clubs de jeunes et d’autres programmes pour femmes : conférences sur des sujets socioculturels et éthiques; soirées culturelles internationales pour étudiantes universitaires; loisirs pour adolescentes dans un milieu sain et sécuritaire; échanges entre parents sur l’éducation des jeunes; séances de perfectionnement professionnel pour mères de famille et, en partenariat avec l’Opus Dei, activités à caractère spirituel axées sur la foi chrétienne vécue au quotidien.

Les visées de l’Association Neeje ne s’arrêtent cependant pas là. Les fondatrices veulent ouvrir pour les étudiantes universitaires une résidence marquée au coin du respect, qui se distinguera par son dynamisme et son ambiance familiale et offrira aux résidentes des activités culturelles, des possibilités de bénévolat, du mentorat et l’occasion de nouer de solides amitiés intergénérationnelles.

En 1989, ce rêve commence à se concrétiser par l’achat d’un vaste immeuble patrimonial dans le cœur d’Ottawa. Une fois aménagé, l’immeuble, baptisé Valrideau, sert aussi aux activités éducatives et culturelles organisées par Neeje.

Les années 1990 : une décennie de croissance

Au début des années 1990, un groupe de femmes de la région de Kingston et Belleville sollicite l’Association Neeje dans le but de mettre sur pied des activités pour filles et femmes de tous âges, allant des élèves du primaire aux mères de famille en passant par les étudiantes universitaires. C’est ainsi que les clubs Rosehill (pour filles de 7 à 13 ans) et Holloway (pour filles de 12 à 15 ans) et le club vidéo Reel to Real (pour jeunes du secondaire et étudiantes universitaires) voient le jour et connaissent un succès inattendu. Il se forme en outre un excellent réseau de clubs de mères et de couples.

Le nombre des initiatives de Neeje ne cesse de s’accroître pendant les années 1990. La renommée de l’Association est telle que les organisateurs du Congrès panaméricain sur la famille – qui allait regrouper à Toronto à l’été 1996 des couples de tous les continents – lui demande de faire la promotion du congrès dans les régions d’Ottawa et de Kingston et d’organiser la participation des couples intéressés. En outre, des membres de Neeje tiennent à Ottawa en 1998 une conférence avec le pédagogue de renommée international James Stenson.

La Résidence universitaire Valrideau accueille dès 1990 ses premières résidentes et, en 1999, Neeje y installe son siège social une fois les locaux nécessaires aménagés. Les initiatives émanant de la résidence frôlent la vingtaine dans la région de la capitale nationale et la région de Kingston. Elles comptent notamment un projet de bénévolat au Pérou pour étudiantes collégiales et universitaires ainsi que des programmes de service communautaire et de formation au leadership pour adolescentes.

Les années 2000 : un rêve se réalise

Quand elle achète Valrideau, l’Association doit réaménager les lieux pour faire de l’immeuble un centre culturel. Il faut aménager des chambres pour les résidantes, une cuisine de taille industrielle, des salles de réunion multifonctions et une vaste salle d’étude. L’intérieur doit faire de la participation aux initiatives de l’Association une expérience humanisante.

Les travaux se déroulent par étapes à compter de 1990, la dernière et la plus importante se terminant en 2002. Pendant ce temps, les membres et amis de l’Association ne cessent d’augmenter tandis que ses activités gagnent en nombre, en variété et en participation. À chaque étape de l’agrandissement, Neeje bénéficie de prêts à taux d’intérêt symbolique que lui accordent différentes fondations. Aujourd’hui, les activités de financement de Neeje visent essentiellement à lui permettre de respecter ses engagements financiers.

C’est au cours de cette décennie que voit le jour l’activité annuelle Mom You’re Incredible. Des conférences sur l’art parental données par des experts de prestige deviennent une tradition annuelle. Un camp de jour pour préadolescentes offert à faible coût fait désormais partie de notre programmation d’été.

En 2009, nous avons souligné notre 25e anniversaire avec un magnifique cocktail et récital de piano au Centre national des Arts, à Ottawa. Ce fut l’occasion de remercier toutes les personnes qui nous ont appuyées au fil des ans. Nous y avons aussi présenté un diaporama sur nos réalisations des 25 dernières années, qui nous a permis de revoir le chemin parcouru et de constater les défis à relever et les rêves à réaliser.

L’avenir

Nous avançons vers la prochaine décennie avec une vigueur renouvelée. Nous remercions nos donateurs et nos bénévoles de leur grande générosité et nous poursuivons le rêve de nos fondatrices de viser toujours plus haut et plus loin.